LINDY HOP

 UN PEU D’HISTOIRE

Harlem, New York dans les années 1920 et 1930 : Presque toutes les nuits de Grands Orchestres, des « Big Bands », jouaient du swing dans les salles de danse les plus connues et les théâtres tels que le « Roseland Ballroom », « l’Apollo theatre », « le Cotton Club » ou « le Savoy Ballroom ». Ce dernier devint  le renommé « Roi du swing « . C’était l’âge d’or du jazz et du swing, sortir danser était bon marché et on ne trouvait pas encore aisément d’enregistrements musicaux. Des noms comme ceux de Cab Calloway, Duke Ellington et Count Basie ont écrit l’histoire du swing dans des batailles d’orchestres qui avaient lieu lors de ces soirées.
L’atmosphère des « ballrooms » devait être électrique car tous les meilleurs danseurs se retrouvaient dans « les cats corner », et, chacun leur tour s’exhibaient, montraient leur savoir-faire et jouaient  avec les rythmes.

Dans ces lieu noirs et blancs dansaient ensemble brisant toutes barrières raciales alors que partout ailleurs en Amérique régnait la ségrégation. Des compétitions hebdomadaires étaient organisées et créaient des rivalités amicales entre troupes de danse. De nombreux danseurs étaient alors inspirés pour inventer de nouveaux mouvements, toujours plus passionnants afin d’ épater la foule et convaincre les juges. Les spectateurs furent stupéfiés d’assister aux premières acrobaties (air steps) créés par Frankie Manning et sa partenaire Freda Washington lors de ces compétitions.

C’est donc ici que le LINDY HOP trouva son origine, influencé par le « Charleston », le « Cakewalk » et le « Breakaway ».
Ses principales caractéristiques : les changements qui s’opèrent entre les positions ouvertes (open positions) ou chaque partenaire de danse improvise et les positions fermées plus traditionnelles, la dynamique générée par ces changements de positions et toutes les acrobaties très spectaculaires.
Le Lindy hop trouva apparemment son nom  grâce à ces acrobaties (air steps) : en 1927, Charles Lindbergh traversa l’Atlantic en avion pour la première fois de New York à Paris. Toute la population était passionnée par son « HOP » (saut) au dessus de l’Atlantic. Lors d’une compétition de danse un journaliste présent sur le lieu demanda à l’excellent danseur nommé George « Shorty » Snowden quel était le nom de cette danse folle. Ne sachant que dire il répondit brièvement « the lindy hop » et le nom perdura.

Une danse et sa musique

Le lindy hop fait référence à cette danse très particulière et le swing est la musique sur laquelle elle est pratiquée. En fait le Lindy Hop est très fortement lié à l’ère du swing des années 30 et 40. La musique swing faisait alors partie à cette époque du mode de vie américain. Les big bands gagnaient énormément d’argent et spécialement lorsqu’ils jouaient lors d’évènements dansants. Le Lindy Hop aida dans ce sens à rendre la musique swing de plus en plus populaire. Puis il s’étendit sur tout le continent et plus tard en Europe. Cependant la musique  influença également le style de la danse. Ainsi l’originel Lindy Hop disparu au moment où la musique changea et se transforma en Be Bop et Rock’N’Roll. Une nouvelle taxe sur les spectacles (divertissements) apparut et les concerts live des big bands devinrent rapidement trop chers. Les enregistrements musicaux devenaient plus abordables, les salles de danses étaient plus petites et bondées. Le style de danse se modifiait donc afin de s’adapter à ces nouveaux changements.
Le terme « swing » est fréquemment utilisé actuellement et inclut beaucoup de styles de danse : Lindy Hop, Jitterbug, Balboa, Collegiate Shag, East and West coast swing, Boogie Woogie.
Mais la plupart admettent que le Lindy Hop est la grand-mère de toutes ces danses.